Institution J-B Thiéry

INAUGURATION DES ILLUMINATIONS DE NOEL LE 06/12/2017

Le mercredi 6 décembre 2017, en fin d’après midi les enfants et les parents ont partagé un goûter avec les professionnels et se sont retrouvés autour de l’Arbre de Noël dans le jardin des Erables pour assister à son illumination, en présence de Mme HUBERT

A cette occasion, un conte sur la différence a été lu à l’assemblée présente.

Les festivités de l’été passées,
Le comité s’est réuni pour préparer la fin d’année

Notre projet…Faire entrer la lumière dans le jardin de l’EEP.
Pour nous y aider, un fier sapin de belle taille et bien vert.

Mais le Roi des forêts sera difficile à installer par le petit chemin escarpé.
Que faire ? Laisser tomber notre idée ?

Non ! Le comité décide de poursuivre à l’unanimité.
Qu’à cela ne tienne ! Notre arbre dans le jardin fera bien l’affaire !
Nous n’avons pas besoin d’un conifère !

« Comment ! Cet arbre déplumé pour représentation ? »…
« Décidément, le comité des fêtes a perdu la raison ! »

Bien sûr, cet arbre n’est plus très beau avec ses branches décharnées,
Depuis que son feuillage est tombé.

Mais cet arbre en été, il nous a bien protégé lorsque le soleil se mettait à briller,
Avec douceur, il faisait de l’ombre aux enfants.
« Oui, mais il est moche maintenant ! »

En effet, il est loin du sapin que l’on espérait.
Pourtant, ses frêles branches portent avec fierté les boules de Noël des enfants, qui ont été confectionnées.

Qui sommes-nous pour le juger ?
Est-ce que nous parlons de « normalité » ?

Sommes-nous décalés avec cet arbre caduc que nous voulons faire passer pour un sapin ?
Cet arbre de Noël n’a pas fière allure en plein jour, je le reconnais,

Mais c’est notre regard qui en fait ce qu’il est.
A la faveur de la nuit, il devient beau, et il met toute son énergie à éclairer notre jardin,

Et dans les yeux des petites filles et des petits garçons,
Ses lumières se reflètent de la même façon.

Hommage à toutes les différences
Nathalie Warin

« Cultiver l’émerveillement, l’étonnement est le début de la sagesse, ils nous conduisent à découvrir l’invisible derrière les choses visibles. »

Frédéric Lenoir « l’Ame du monde »

 

<< Retour